Règles douloureuses, Kopano Matlwa

matlwa-regles2-5b06821701bf9

Dès le départ, le titre m’a plu. J’avais hâte de découvrir ce livre que je voyais sans cesse dans les recommandations des nombreuses bookstragrameuses que je suis. Le texte est traduit de l’anglais (Afrique du Sud) par Camille PAUL.

Masecheba est une jeune femme sud-africaine médecin. L’auteure nous permet d’accéder  à son journal intime, à ce qu’on écrit et que personne jamais n’est censé lire, comme le dit Masecheba elle-même. C’est donc une écriture intime, c’est aussi beaucoup à Dieu qu’elle s’adresse.

On comprend qu’elle est au bord de la dépression, elle est fatiguée, fatiguée par son métier si prenant émotionnellement. Fatiguée d’avoir aussi l’impression de ne pas réussir à être touchée par des situations qui sont difficile et parfois même sans espoir. Elle explique comment elle n’arrive pas à ressentir ce qu’elle voudrait ressentir et comment cela la fait culpabiliser. Elle écrit son rapport à son métier, le fait d’avoir des vies entre les mains, ses questionnements sur la manière censée d’exercer: être touchée par tous les patients ? « Un coeur a-t-il assez de place pour accueillir toute leur douleur (et la sienne propre), leurs os brisés (et sa propre âme en miettes), leur gêne (et sa propre honte)? » p.112.

Elle écrit aussi sur Nyasha, son amie et colocataire nigériane. Elle nous raconte ses combats, ses révoltes, ses énervements et comment Nyasha essaie de la bousculer, de la rendre plus « réactive » fasse aux injustices et au monde qui l’entoure.

Masecheba, elle, ne veut pas être un symbole politique, elle ne veut pas être définie comme une jeune femme noire, libre. Elle veut simplement être elle, sans étiquette quelconque. Elle ne veut pas être le porte-drapeau d’une cause. Elle aimerait au contraire être considérée dans son individualité, que ses réussites soient reconnues et son parcours validé. C’est ce qui ressort pour moi de son écriture, de ce qu’elle livre à son journal. Ce besoin de pouvoir vivre son individualité. Kopano Matlwa dit d’ailleurs, lors d’un échange, que Masecheba veut simplement être une jeune qui a un impact sur la vie et le monde et cela sans prendre en considération sa race ou son genre.

A mon sens, Masecheba revendique pourtant énormément le fait d’être une femme, cela lui est d’ailleurs plusieurs fois ramené en pleine figure, notamment lorsqu’elle écrit le viol collectif qu’elle subit et auquel elle survit sur son lieu de travail.

La partie la plus touchante de ce livre est selon moi, le moment où Masecheba nous parle de la naissance de sa fille, fruit du viol, qui devient toute sa vie. Son amour et sa douceur, sa lumière dans l’obscurité, celle qui lui permet de revivre. Elle écrit la peur qu’elle avait au départ que sa fille ne transporte son fardeau, l’horreur de son viol, « mais elle ne ressemblait à rien, si ce n’est à une page vierge, à un nouveau départ. Mon nouveau départ. » p. 140

La fin du livre est vraiment magnifique, pourtant je n’ai pas eu de coup de coeur. Cela est peut être dû à la traduction. Je pense que ce livre est meilleur dans sa version originale, que l’auteure elle-même a mieux choisi les mots que et les phrases que Masecheba confie à son journal.

 

Frères d’âme, David Diop

139824_couverture_Hres_0

J’attendais avec impatience la sortie de ce livre qui parlait de la guerre du point de vue d’un tirailleur sénégalais. Je n’ai malheureusement pas apprécié cette lecture, j’ai trouvé le style répétitif et surfait. Par la vérité de Dieu, je ne supportais plus cette phrase au bout de 60 pages. De plus, j’ai eu de la peine à saisir certaines des métaphores, comme les descriptions de la Tranchée comme sexe féminin (really ?).

J’ai ensuite écouté la présentation de David DIOP, il a dit avoir voulu écrire ce livre après avoir lu des lettres de poilus. Je suis alors allée lire des lettres de poilus, pour tenter de comprendre la démarche de l’auteur. Les lettres sont effectivement écrites sur un ton familier, presque du langage parlé, en abordant les souffrances et les atrocités avec une sorte de recul ou de banalisation de l’affreux. David DIOP voulait que son livre soit comme une missive d’un tirailleur sénégalais; de telles missives n’étant aujourd’hui pas accessibles ou inexistantes.

Alfa Ndiaye, le narrateur, nous écrit son amitié avec son plus que frère (c’est surtout beaucoup à travers ce prisme que ce livre est présenté). Je dois dire que je n’ai pas été particulièrement touchée par cette amitié, ça n’a pas été pour moi le point central de ce livre. J’ai surtout lu la violence de la guerre et sa folie. Alfa Ndiaye n’a que 20 ans, il est à peine adulte et jeté au plein cœur de l’horreur, à en perdre la tête. La partie la plus touchante est la partie où il évoque ses souvenirs de Gandiol au Sénégal, surtout le moment où il raconte sa séparation avec sa mère partie à la recherche de son père perdu. 

Les cigognes sont immortelles, Alain Mabanckou

130451_couverture_Hres_0

Mon premier Alain Mabanckou. Pourtant, « Verre cassé » reçu à mon 25ème anniversaire m’attendait sagement dans ma bibliothèque. Il m’a néanmoins fallu cette rentrée littéraire pour découvrir sa plume.

Les cigognes sont immortelles, le titre est poétique. Je n’avais pas lu la quatrième de couverture et ne savais donc pas du tout à quoi m’attendre.

Je suis rapidement entrée dans l’histoire racontée par Michel, un jeune adolescent du Congo-Brazzaville. L’histoire se présentait comme une fiction historique et je m’attendais à en apprendre un peu sur l’histoire du Congo. Très vite, le langage utilisé par Michel a commencé à me déranger; il a 14 ans et s’exprime plutôt comme un enfant de 9 ou 10 ans. J’ai pendant une bonne partie de ma lecture été perturbée par son langage, ne sachant pas si l’auteur avait fait ce choix à bon escient ou s’il avait tous simplement fait une sorte « d’anachronisme des âges », en oubliant la maturité dont peut faire preuve un jeune adolescent de 14 ans. De plus, Michel, le narrateur, est décrit comme un personnage extrêmement rêveur, qui perdrait souvent la monnaie de son père sur le chemin du retour de l’épicerie. Pourtant, dans ses rêveries, Michel nous raconte les enjeux politiques des Etats communistes africains, la mainmise étrangère après les guerres d’indépendances, la manière dont les politiques africaines se pensent en Europe, les relations des pays communistes africains avec l’URSS, avec Cuba, les assassinats des héros nationaux, tels que Patrice Lumumba, Michel Samora, Thomas Sankara et d’autres.

D’autres problématiques, de l’ordre de l’intime sont également abordées. Notamment la polygamie à travers le regard de la mère. On ressent sa souffrance et sa jalousie dans les piques qu’elle lance à son mari. Michel, lui, nous raconte à quel point il s’entend bien avec la première femme de son père, ainsi qu’avec ses enfants. Le décalage entre le regard de l’enfant et de l’adulte est selon moi, également une thématique récurrente de ce livre. La vision du monde de Michel semble assez binaire, il y a les bons et les méchants. Marien Ngouabi, le président congolais assassiné le 18 mars 1977, fait parti des bons, c’est un est un héros, il est son idole.

A la fin de cette lecture, j’étais partagée. Pourtant le récit ne se déroule que sur trois jours, le lendemain de l’assassinat de Marien Ngouabi et les deux jours qui ont suivis. Bien que l’auteur réussit à nous fait ressentir la tension et l’incertitude qui planent après un tel événement, il y a comme un trop plein d’informations. Alain Mabanckou évoque toutes les problématiques possibles à travers les pensées et les rêveries de Michel, c’était trop pour moi. L’auteur n’a pas laissé le temps à la fiction historique de s’installer, de faire son travail, trop de sujets et de faits historiques sont évoqués; presque comme lancés à la lectrice (ou au lecteur).

Peut-être, aurais-je pu davantage apprécier cette lecture, si j’avais, dès le départ, été plus familière avec l’histoire des Etats africains communistes et surtout, avec l’histoire du Congo-Brazzaville et du Président Marien Ngouabi ?

Citations

« Ce matin Papa Roger ne veut pas écouter La Voix de la Révolution Congolaise, il s’est branché sur La Voix de l’Amérique. Il pense que seuls les Américains savent tout ce qui se passe dans le monde. » p. 149

« Si l’enfant quitte la table avant tout le monde c’est pvrcequ’il fait chaud et qu’il veut se baigner dans la piscine comme la plupart des enfants des présidents du monde entier. » p. 177

« Quand Célestine tresse une femme, même si la femme est très vilaine de visage, elle devient brusquement belle comme la sirène Mammi Wata qui habite dans les rivières de nos villages avec sa chevelure en or et sa queue de poisson. » p. 212