Règles douloureuses, Kopano Matlwa

matlwa-regles2-5b06821701bf9

Dès le départ, le titre m’a plu. J’avais hâte de découvrir ce livre que je voyais sans cesse dans les recommandations des nombreuses bookstragrameuses que je suis. Le texte est traduit de l’anglais (Afrique du Sud) par Camille PAUL.

Masecheba est une jeune femme sud-africaine médecin. L’auteure nous permet d’accéder  à son journal intime, à ce qu’on écrit et que personne jamais n’est censé lire, comme le dit Masecheba elle-même. C’est donc une écriture intime, c’est aussi beaucoup à Dieu qu’elle s’adresse.

On comprend qu’elle est au bord de la dépression, elle est fatiguée, fatiguée par son métier si prenant émotionnellement. Fatiguée d’avoir aussi l’impression de ne pas réussir à être touchée par des situations qui sont difficile et parfois même sans espoir. Elle explique comment elle n’arrive pas à ressentir ce qu’elle voudrait ressentir et comment cela la fait culpabiliser. Elle écrit son rapport à son métier, le fait d’avoir des vies entre les mains, ses questionnements sur la manière censée d’exercer: être touchée par tous les patients ? « Un coeur a-t-il assez de place pour accueillir toute leur douleur (et la sienne propre), leurs os brisés (et sa propre âme en miettes), leur gêne (et sa propre honte)? » p.112.

Elle écrit aussi sur Nyasha, son amie et colocataire nigériane. Elle nous raconte ses combats, ses révoltes, ses énervements et comment Nyasha essaie de la bousculer, de la rendre plus « réactive » fasse aux injustices et au monde qui l’entoure.

Masecheba, elle, ne veut pas être un symbole politique, elle ne veut pas être définie comme une jeune femme noire, libre. Elle veut simplement être elle, sans étiquette quelconque. Elle ne veut pas être le porte-drapeau d’une cause. Elle aimerait au contraire être considérée dans son individualité, que ses réussites soient reconnues et son parcours validé. C’est ce qui ressort pour moi de son écriture, de ce qu’elle livre à son journal. Ce besoin de pouvoir vivre son individualité. Kopano Matlwa dit d’ailleurs, lors d’un échange, que Masecheba veut simplement être une jeune qui a un impact sur la vie et le monde et cela sans prendre en considération sa race ou son genre.

A mon sens, Masecheba revendique pourtant énormément le fait d’être une femme, cela lui est d’ailleurs plusieurs fois ramené en pleine figure, notamment lorsqu’elle écrit le viol collectif qu’elle subit et auquel elle survit sur son lieu de travail.

La partie la plus touchante de ce livre est selon moi, le moment où Masecheba nous parle de la naissance de sa fille, fruit du viol, qui devient toute sa vie. Son amour et sa douceur, sa lumière dans l’obscurité, celle qui lui permet de revivre. Elle écrit la peur qu’elle avait au départ que sa fille ne transporte son fardeau, l’horreur de son viol, « mais elle ne ressemblait à rien, si ce n’est à une page vierge, à un nouveau départ. Mon nouveau départ. » p. 140

La fin du livre est vraiment magnifique, pourtant je n’ai pas eu de coup de coeur. Cela est peut être dû à la traduction. Je pense que ce livre est meilleur dans sa version originale, que l’auteure elle-même a mieux choisi les mots que et les phrases que Masecheba confie à son journal.

 

Une réflexion sur « Règles douloureuses, Kopano Matlwa »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s