La belle de Casa, In Koli Jean Bofane

9782330109356

Le titre est accrocheur, la couverture aussi; Keziah Jones, une clope à la main, photographié par Hassan Hajjaj.

Qui a tué Ichrak ? C’est toute la question de ce roman.

Ichrak, c’est une jeune marocaine, fille unique d’une mère un peu sorcière. Comme une sorte de polar, In Koli Jean Bofane va nous emmener dans la vie de Casa, les cafés, les commerces, les postes de polices, les ruelles, les immeubles et à l’intérieur des appartements, tout ça, jusqu’au coupable.

C’est Sese, jeune congolais de Kinshasa, qui se retrouve à Casa, alors qu’on lui avait promis la Normandie, qui va mener sa propre enquête. A travers son histoire, le thème de la migration est abordé, le racisme anti-noir dans les pays du Maghreb, la gentrification, ainsi que les questionnements sur les relations Nord-Sud.

Ce n’est pas tout, ce livre c’est aussi une ode à des artistes africain-e-s, le récit fait référence à plusieurs classiques, la déesse Oum Kalthoum, l’écrivaine Assia Djebar, Mohammed Choukri ou encore Kaoutar Harchi.

La narration fait penser à une caméra portée sur l’épaule, on entre dans la vie des personnage, dans leurs histoires intimes, on passe d’un plan à l’autre en ressortant par la cour. Le style est frais et l’écriture entraînante.

Cependant, il y a quand même quelque chose qui m’a dérangé au fur et à mesure de ma lecture.

D’un point de vue féministe 

Les femmes sont exagérément décrites à travers le prisme du désir, pas une seule n’y échappe. Elles sont toutes, d’une manière ou d’une autre, objets de désir, des femmes fatales, qui hypnotisent et envoûtent les hommes. Les hommes, face à elles, se retrouvent dépossédés de leur capacité de discernement, ils perdent la tête, n’arrivent plus à se contrôler et sont totalement « victimes » de ces femmes à la beauté menaçante.

On en vient à se demander pourquoi l’auteur insiste autant, ça en devient irritant. C’est dommage, parceque ce roman a tout pour plaire.

Néanmoins, j’ai tellement apprécié le style que je me suis procurée Congo Inc. du même auteur. A suivre donc…

Citations

« Parce qu’à Casablanca, la pauvreté était insolente, elle ne se dissimulait pas derrière un périphérique, elle faisait face à la richesse, celle qui s’affichait par des parois de béton et de verre conçues par des architectes prestigieux. » p. 18 

« Personne n’a jamais bénéficié d’une telle publicité, même pas Nike, ni Adidas. Celle de Coca Cola, c’est de la petite bière à côté de la nôtre. Depuis le 11 septembre 2001, on ne parle que du monde arabe-musulman. Les Arabes par-ci, les Arabes par-là: Le Titanic et la guerre de Sécession ? C’est eux. Hiroshima et Fukushima ? C’est leur faute. Le changement climatique ? Pas besoin de demander. (…) » p. 79 

« (…) Sese avait souvent pensé à fuir son pays, le Congo, où aucun avenir ne se profilait à cause du coltan, du pétrole qui arrivent, de l’éthique des opposants. Il voulait aller voir là où les gens jouissaient de ces matériaux, mais jamais il n’avait échafaudé un quelconque plan. » p. 126 

« Il fallait éviter les noms à consonance asiatique, c’était notoire, ce n’était pas dans cette partie du monde que les Européennes allaient faire leur shopping s’agissant de sexe et d’amour. » p. 184 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s